Lors d’une séparation, nous sommes souvent confrontés à une situation financière difficile, quelquefois temporaire, le temps de se répartir les actifs ou les dettes entre conjoints et de se réinstaller. Toutefois, notre situation financière peut aussi prendre quelques années à se rétablir.Lors d’une séparation, nous sommes souvent confrontés à une situation financière difficile, quelquefois temporaire, le temps de se répartir les actifs ou les dettes entre conjoints et de se réinstaller. Toutefois, notre situation financière peut aussi prendre quelques années à se rétablir.

Les situations sont différentes chez les couples plus âgées versus les couples plus jeunes. Chez les couples plus jeunes, chacun a son revenu et ses propres dépenses à gérer et lorsque survient une séparation, c’est : On prend ses affaires et chacun pour soi.

Chez les couples un peu plus âgés, on retrouve souvent le modèle du compte conjoint où tous les revenus sont déposées et les dépenses payées. Habituellement, il n’y a qu’une personne qui gère le budget, un budget virtuel ou sur papier. Donc, lors d’une séparation, il y a un des deux conjoints qui devra gérer un budget sans avoir nécessairement de notions budgétaires.

Une réalité, avant la séparation, il peut y avoir une hausse de l’endettement pour compenser les mauvaises relations du couple. Une stratégie, si vous avez des marges de crédit conjointes, gardez un oeil ouvert sur les sorties de fonds. On peut le faire par téléphone ou sur internet si on ne reçoit pas d’état de compte. Si un des conjoints se met à dépenser allégrement, on peut communiquer avec sa banque pour leur demander de bloquer la marge de crédit à un certain plafond et que, pour tout changement à la hausse, la banque doit avoir le consentement des deux titulaires. N’oubliez pas que lorsque vous vous séparerez, cette dette sera divisible entre les deux titulaires. Par contre, pour la banque, si l’un des conjoints devient insolvable, l’autre demeure entièrement responsable de la dette.

Lorsqu’on se répartit l’équité de la maison, s’il y en a, et certains actifs monétaires, un des conjoints se retrouve avec un montant important mais n’a pas toujours les outils nécessaires pour bien gérer ce montant d’argent ou bien on se retrouve avec la moitié des dettes.

Selon nos revenus, on se cherche un appartement ou une maison. Après la répartition des actifs, il sera facile de dépenser ce montant d’argent inespéré pour s’acheter tout ce qu’on voulait avant de se séparer et qu’on ne pouvait se permettre pour toute raison, que ce soit pour des meubles, la décoration ou même faire un voyage pour se changer les idées.

Même avec un bon revenu, à moyen terme, la personne séparée ou divorcée qui se retrouve sans budget et sans liquidité pourra se sentir frustrée, angoissée, ressentir de l’anxiété ou un sentiment d’impuissance ou de fatalisme.

Avec un budget, lorsqu’on se sépare, le portrait financier nous indique clairement ce qu’on peut se permettre, soit d’acheter une  maison, louer un appartement, chercher un co-locataire pour la maison ou l’appartement, aller rester en chambre temporairement, retourner vivre chez un parent ou un(e) ami(e).

Lorsqu’on se sépare, si vous êtes la personne qui est quittée, on a un deuil à faire, que ce soit du conjoint, de sa maison perdue, de son mode de vie oublié, de son quartier où sont tous nos amis voisins, de sa retraite rêvée. On vit une période de stress émotionnel intense.

Si vous êtes la personne qui quittez pour aller vers un monde meilleur, votre deuil est déjà fait en partie ou en totalité. Vous êtes également dans en état émotionnel intense car vous envisagez probablement déjà une autre vie ou bien, vous êtes déjà rendu dans une autre vie et vous êtes en train de vivre une adaptation.

Je ne veux pas insister sur les états émotionnels provoqués par le divorce ou la séparation mais je veux vous amener à réaliser que ce n’est pas vraiment le bon moment de tout dépenser les liquidités qui vous sont remises à ce moment-là. Il est préférable de les laisser à l’épargne et de prendre le temps de décanter. Durant la période qui suit une séparation, selon l’état émotionnel dans lequel on se trouve, on peut ressentir un sentiment de Je-m’en-foutisme, ce qui peut nous pousser à dépenser sans réaliser que cet argent nous sera nécessaire dans quelques temps.

La priorité est de se loger et de se nourrir. Que vous achetiez une maison ou que vous trouviez un bel appartement, prenez le temps de faire le point sur votre situation.

Si vous êtes la personne qui avez besoin d’ajouter des notions budgétaires à votre bagage ou apprendre comment faire un budget personnel, je peux vous aider à faire le point sur votre situation financière et vous recommander certaines solutions afin de prendre les bonnes décisions qui concerne votre future vie. N’hésitez pas à me consulter et soyez assuré(e) que toutes les informations transmises sont et resteront confidentielles. Vous trouverez mes coordonnées sur la page d’accueil. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires sur cet article.

Auteur de l’article : Carole Grenier

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial